Se rŽpercutant en sa tte comme un Žcho, Johnny discerna une voix qui le hŽlait. Elle ne lui parvenait que par bribes, mais lui semblait Žtrangement familire et, alors quĠil essayait dĠen saisir lĠappartenance, elle jaillit soudainement auprs de lui et, reconnaissant celle de Mary, il ouvrit les yeux.

SĠavisant dĠabord quĠil faisait jour, il distingua ensuite cette dernire qui se tenait agenouillŽe devant lui avant de dŽcouvrir ˆ sa stupŽfaction quĠil Žtait couchŽ au milieu dĠune verdoyante prairie sĠŽtirant au flanc dĠune colline piquetŽe de gents en fleurs.

— Que... que sĠest-il passŽ ? balbutia-t-il hŽbŽtŽ.

— Je lĠignore, lui rŽpondit-elle. Je viens juste de reprendre conscience et, te voyant Žtendu ˆ proximitŽ, je me suis prŽcipitŽe vers toi pour te rŽveiller.

— Bon sang, quel est cet endroit ? sĠŽbahit-il en se tournant de tous les c™tŽs. On se croirait presque dans les Highlands !

— ‚a ne ressemble effectivement gure aux oasis que nous avons croisŽes au long de notre route ! Žmit-elle. Je me demande o sont les autres. Je ne les aperois nulle part...

— SĠils sont dans le coin, nous les repŽrerions plus facilement en montant lˆ-haut, pointa-t-il du doigt le sommet en remarquant quĠils en Žtaient ˆ mi-pente. La vŽgŽtation y est moins dense.

NĠentrevoyant en la circonstance pas de meilleure option, ils se relevrent et en entamrent aussit™t lĠascension, mais, ds quĠils prirent un peu dĠaltitude et purent embrasser le panorama de manire plus Žlargie, ils nĠen furent pas plus rassurŽs pour autant, car rien, absolument rien en ces lieux ne sĠapparentait ˆ un environnement saharien et, aussi loin que port‰t leur regard, ils ne percevaient autour dĠeux que des alpages Žvoquant ˆ sĠy mŽprendre le Jura !

— Seigneur ! sĠexclama Johnny. Comment diable avons-nous atterri ici ?

— CĠest... cĠest comme si on nous avait transportŽs ailleurs ˆ notre insu ! frŽmit Mary.

— Peut-tre est-ce une blague, dit-il sans grande conviction.

— ‚a nĠa pas de sens, objecta-t-elle. Qui donc aurait intŽrt ˆ nous jouer un tour pareil ?

Tous deux nĠen Žtaient cependant pas au bout de leurs surprises, car, alors quĠils parvenaient au fa”te de la colline, celle-ci sĠinterrompit brusquement en un vertigineux gouffre sur le versant opposŽ duquel une gigantesque cataracte se dŽversait au travers dĠun dŽdale de pitons escarpŽs que coiffait une citŽ dominŽe par un monumental Ždifice jetant vers le ciel les flches de ses tourelles dorŽes.

— Mon Dieu... murmura Mary. QuĠest-ce que cĠest que cette ville ?

Incapable dĠarticuler le moindre mot tant il Žtait lui-mme ŽberluŽ, Johnny demeura compltement figŽ durant quelques secondes, puis les propos Žnigmatiques du vieux Josuah lui revinrent subitement ˆ lĠesprit et, se souvenant de lĠinsistance avec laquelle ce dernier lĠavait averti quĠils allaient effectuer un voyage trs diffŽrent de celui auquel ils sĠattendaient, il sĠapprtait ˆ les lui rapporter quand une voix claironna soudainement dans leur dos.

— Vous voulez des fraises ?

Sursautant vivement, ils se retournrent et virent un garonnet qui les observait avec une expression amusŽe. Vtu dĠun Ç trachten È en tous points identiques ˆ ceux que sĠenorgueillissent dĠarborer les Bavarois ˆ lĠoccasion des ftes, il ne devait gure excŽder cinq ou six ans et dodelinait de la tte en affichant un sourire qui illuminait son visage dĠune irrŽsistible candeur na•ve, mais cĠest moins sa physionomie qui interpella leur attention que le contenu du plateau en osier quĠil tenait en ses mains, car si celui-ci Žtait effectivement empli de fraises, il nĠy en avait que deux et chacune dĠelles atteignait presque la taille... dĠun ballon de rugby !